Road Trip aux Etats-Unis #4 : L’Utah, Zion NP

Jour 7: Zion National Park

Ce ‘petit’ parc est assez délaissé par les touristes à ce qu’il parait, et bien je peux te le dire, ils ne savent pas ce qu’il ratent ! Encore maintenant, le souvenir de cette journée dans ce parc fascinant me procure des frissons!

Après avoir vérifié que nos portables s’étaient bien calés sur le nouveau fuseau horaire et un rapide déjeuner très équilibré nous avons rejoint Zion NP de bon matin.

Déjà sur la route nous pouvions admirer les montagnes et la végétation de plus en plus présente mais ce n’est qu’une fois entrés dans la zone du parc que nous avons commencé à en prendre plein la vue. Et surtout, que nous avons réalisé ce qui nous attendait!

En effet, nous avions prévu de réaliser la randonnée Angels Landing, autrement dit la Piste des Anges, un trail difficile de renommée internationale. Et vu la hauteur des falaises devant nous, je commençais à me demander dans quoi nous nous étions bien embarqués … (et le nom du trail n’était pas là pour me rassurer)

Mais bon nous y étions, je n’allais quand même pas me dégonfler maintenant ! (en plus je n’avais pas prévu de plan B…).

Nous avons donc pris une navette à l’entrée du parc pour nous déposer au départ de la randonnée, et nous avons commencé à marcher. La première partie se réalise sur un chemin qui serpente tout en montée. Rien de bien méchant si ce n’est que c’est en plein soleil et que dès 9h du matin ça caillasse fort.

Heureusement que derrière nous il y avait un groupe de français qui, pensant que personne ne comprenait ce qu’ils disaient, racontait leur séjour à Las Vegas avec quelques détails bien croustillants ce qui m’a permis de penser à autre chose qu’à ma fatigue. Si tu te reconnais, merci, c’était très drôle ! Blague à part, j’en profite pour dire qu’on a rencontré énormément de français pendant ce voyage donc ne pense pas que personne ne va t’entendre ou te comprendre !

Cette partie de la randonnée à aussi le mérite de se faire face au sommet que l’on doit rejoindre, de quoi te motiver… ou pas !

Puis ensuite, nous commençons à monter de façon plus abrupte sur un tout petit sentier qui serpente et qui rejoint le plateau d’où part la deuxième partie de la randonnée, la plus éprouvante.

J’avoue que c’est pratique cette randonnée en deux temps, car si après la première partie qui dure environ 1h30 à 2h selon ta forme physique tu ne te sens pas de continuer, tu peux juste t’arrêter là et profiter du paysage tout en regardant les fous randonneurs qui continuent sur la deuxième portion bien plus escarpée.

Tu les vois là, tous les gens en train de grimper au sommet?

En fait, cette deuxième partie c’est elle qui fait toute la renommée de ce trail. Dès le début du sentier un panneau très clair donne le ton: il y a eu plusieurs morts (7 à l’époque) et chacun est responsable de s’engager ou non sur le sentier. Ok. Bon bah… on y va? On n’a pas fait tout ça pour rester planté là !

Donc, à partir de ce moment on ne parle plus de sentier, mais de grimpette ou même de varappe par endroit, accompagné de ‘tu te démerdes, mais tu montes!’. On grimpe tous à la file indienne en s’aidant des cordes laissées ici et là tout en laissant la priorité à ceux qui descendent par le même chemin.

Car oui, ce qu’on oublie de dire c’est que le chemin est certes dangereux en montée, mais c’est bien pire en descendant avec la pente et les roches glissantes! Et puis comme si ça ne suffisait pas, pour nous narguer, des gens un peu fou, en tongues sautent d’un rocher à un autre comme ça avec 450m de vide à leurs pieds.

Finalement en prenant son temps on arrive en haut en à peu près 45mn. Et là on fait WAW ! (à l’américaine et avec l’accent steu plait !) Ouais, avec l’altitude on manque d’oxygène et on perd 2-3 neurones.

Non, vraiment, la vue d’en bas est impressionnante, mais la vue d’en haut est à couper le souffle.

On est franchement bien en plein soleil à sécher, j’ai le temps de prendre mes photos tranquillement. On repousse le moment où on devra redescendre car on sait bien ce qui nous attend et puis zut cette vue on l’a méritée, autant en profiter!

Mais bon, toutes les bonnes choses ont une fin et il faut bien se résoudre à repartir, non sans un grand sentiment de fierté. NOUS on l’a fait !

J’étais sûrement d’ailleurs encore envahie par ce sentiment quand j’ai voulu me la jouer cascadeur de l’extrême en tentant une vidéo lors de notre descente… je crois que j’ai créé une grosse frayeur à tout le monde présent, moi y compris, quand j’ai glissé et que mon téléphone a valsé quelques mètres en contrebas. Plus de peur que de mal…

Le lieu du drame …

Nous avons continué notre descente tranquillement, accompagnés de quelques mygales sur les parois rocheuses.

Puis après un hamburger bien mérité à la cafèt’ du parc, comme il nous restait du temps nous avons décidé de faire la petite promenade d’1h menant aux ‘Emerald Pools’.

Le chemin sans difficulté nous amène à un grand bassin au pied d’une énorme falaise. Dis comme ça ce n’est peut-être pas très séduisant, mais il faut reconnaître qu’après Angels Landing c’était difficile de nous impressionner encore plus. Et puis on était claqué !

Nous avons quitté le parc complètement sur les rotules, mais avec de superbes souvenirs plein la tête !

Tu t’es déjà fait des frayeurs en randonnée? Angels Landing ça te tente? Tu penses qu’on est des fous nous aussi ? Je veux tout savoir !

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Road Trip aux Etats-Unis #4 : L’Utah, Zion NP

  1. Superbe comme toujours ! Le sud-ouest américain semble bien riche de trésors… Mais tu as failli passer à la postérité dans le top 10 des morts stupides pour cause de selfie 😉

    Pour les frayeurs, en Chine, le mont Hua reste parmi mes souvenirs les plus vertigineux. Pour te dire, rien que la montée en téléphérique était effrayante (j’ai fait honte à tous mes ancêtres autrichiens, suisses et haut-savoyards ce jour-là !). Ensuite, et bien c’est une arête bordée de grandes falaises lisses et inclinées, avec une sécurité à la chinoise : une chaîne rouillée pour se tenir et des marches (forcément glissantes d’érosion) à même la roche. J’ai renoncé assez vite, d’autant plus qu’évidemment, le lieu était bondé, ce qui le rendait encore moins sécuritaire. L’endroit est très beau mais aucun sommet ne vaut que je meure pour lui 😉

    1. Et c’était même pas pour un selfie ! juste une vidéo du paysage … mais bon c’est aussi ce qu’on aime et même ce qu’on recherche les expériences uniques et un peu folles 🙂 depuis ce voyage j’ai surtout l’impression qu’il n’y a qu’en france ou tout est ultra protégé et sécurisé, ce que je trouve dommage car au final des beaux sites se retrouvent avec pleins de barrières métalliques …

Commentaires