La Martinique #2: Les incontournables dans le nord de l’île

Après t’avoir fait découvrir les richesses du sud de l’île, partons voir un peu dans le nord de la Martinique ce qu’il s’y passe.

Kayak dans la baignoire de Joséphine


Une des attractions les plus prisées de l’île, c’est bien celle-ci. La baignoire de Joséphine. Alors, avant que ton esprit mal intentionné ne chavire du mauvais côté, je te rassure, on ne parle pas d’une vraie baignoire hein. C’est pas du tout “tous dans la baignoire avec Joséphine !” Non, non, non 😀

Le nom aussi improbable qu’il soit, trouve sa source selon la légende qui voudrait que l’impératrice Joséphine de Beauharnais ait fait de l’endroit son lieu de prédilection pour la baignade. Peu importe la véracité de cette légende, le nom est resté pour désigner une piscine naturelle au large de l’île dans un décor plus que paradisiaque.

De nombreuses excursions ‘à touristes’ proposent une journée à la découverte de ce site, avec baignade et “baptême du rhum”, le tout saupoudré d’une touche de musique olée et de rigolade bon enfant… bref, pas du tout notre truc.

A la place nous avons opté pour la découverte de ces bancs de sable en kayak. Plus sportif, plus intime, plus à notre image.

baignoire josephine kayak

De bon matin, après un rapide débriefing sur le pagayage, nous embarquons sur notre canoë au niveau de la petite marina du François, direction les îlots au large. Je me souviens que malgré le superbe temps, la houle n’était pas en notre faveur et nous avons bien sué lors de la traversée des hauts fonds. Mais après environ 1h d’effort, nous avons été largement récompensé en arrivant à l’îlet Thierry. Une eau cristalline, d’un bleu digne des plus belles cartes postales nous entourait. Nous n’avions qu’une envie, sauter du canoë ! Ce que nous n’avons pas tardé à faire dès que nous avons senti le sable rouler sous notre embarcation … Un vrai petit coin de paradis, juste pour nous et les 3 autres couples qui nous accompagnaient.

baignoire josephine

L’un des avantages de l’ilet Thierry, c’est qu’en plus d’être très peu fréquenté par les gros bateaux à touristes, c’est aussi le lieu de départ du sentier sous-marin des îlets du François. Une boucle de 800m qui, comme son nom l’indique, se réalise en snorkeling (PMT), en suivant des bouées de couleur.

Sachant que nous n’étions pas encore très à l’aise avec notre équipement et que de surcroît nous n’avions pas de palmes, nous nous sommes contentés du petit circuit pour ‘débutant’. Nous avons quand même pu voir de nombreux petits poissons dans le corail ainsi qu’une grosse étoile de mer bien rouge ! Et puis un peu hasard, je suis tombée sur une jolie sole tropicale, qui s’est presque aussitôt camouflée dans le sable ! (on me voit, on me voit pas, on me voit…).

PMT francois

Le loueur de kayak dont j’ai perdu le nom (désolé), nous a ensuite rejoint en bateau et nous a invité à le suivre au niveau de la baignoire à proprement parlé. Il s’agit en fait d’une grande piscine naturelle sur des bancs de sable située entre l’îlet Thierry et l’ilet Oscar. Nous amarrons tous nos canoës à la petite vedette et nous tentons tant bien que mal de nous extirper sans tout faire chavirer… L’eau nous arrive environ aux hanches et nous profitons quelques instants de ce cadre idyllique avec un verre de ti’punch et des acras. Je précise que nous sommes en fin de matinée et que nous sommes le seul groupe présent sur le site ce qui n’est apparemment pas toujours le cas …

kayak martinique

baignoire de josephine francois

Après une petite demi-heure à nous délecter de l’endroit et reprendre des forces, le temps vient de reprendre nos canoës pour rentrer à la base. Le retour est bien plus rapide car nous sommes dans le bon sens du courant, ce qui nous permet de profiter une dernière fois du paysage magnifique.

En conclusion, tu l’auras compris, nous avons adoré cette sortie. A mon avis, une matinée c’est largement suffisant pour profiter de ce joli coin et l’option kayak est un vrai plus selon moi.

Plus d’infos:

Randonnée sur la presqu’île de la Caravelle


En remontant vers le nord sur la côte est, se situe la presqu’île de la Caravelle dont l’extrémité fait partie du parc Naturel Régional de la Martinique. En effet, de part sa localisation cette presqu’île dispose d’un écosystème particulier.

Sachant qu’il n’est possible d’en faire le tour qu’à pied, c’était l’occasion parfaite pour faire une petite randonnée. Parmi les différentes options plus ou moins longues nous avons opté pour le grand tour de 8km réalisable en 3h30.

Dans un premier temps nous avons rejoins le phare, situé sur le point culminant de l’île qui offre un panorama spectaculaire à 360° ! Je me souviens que la montée jusqu’au phare est assez ardue et que je n’étais pas hyper motivée pour faire ce petit détour. Mais mon co-voyageur a su me motiver et il a eu bien raison ! C’eût été dommage de ne pas profiter de cette vue. Il ne pleuvait pas mais le ciel était tout de même orageux, créant de magnifiques contrastes avec les camaïeux de bleu et de vert.

phare caravelle

Puis quelques centaines de mètres loin, changement radical de paysage. Nous atteignons la côte, complètement différente des plages du sud. Si l’on oublie les palmiers, on se croirait presque en Bretagne. Impressionnant ! Nous ne nous imaginions certainement pas trouver de tels paysages en Martinique. Le vent s’était levé, et l’océan se déchaînait sur les rochers en contrebas.

caravelle ocean martinique

randonnee caravelle

martinique ocean caravelle

 

La pluie a finalement fait une entrée fracassante, nous trempant en moins de deux. Nous nous sommes hâtés pour essayer de trouver un coin au sec, à l’abri des quelques arbustes présents, mais c’était sans compter sur le sol argileux qui rendait notre progression difficile ! Et que ça colle aux chaussures, et que ça glisse sur les pierres … Bref, évite les chaussures blanches…

Malgré la pluie nous continuons notre ascension vers la pointe Caracoli car au moins l’eau nous rafraîchit un peu. L’endroit est cependant très exposé au vent, donc nous ne nous attardons pas et entamons notre retour sur l’autre rive de la presqu’île.

pointe caracoli caravelle

Les falaises et la côte escarpée laissent place aux sous-bois et à la mangrove. L’air est très humide et nous regrettons presque la pluie. Mais sachant que des mancenilliers, ces arbres toxiques, sont présents autour de nous, finalement on ne fait pas les difficiles, l’humidité c’est très bien aussi…

Et puis notre attention est vite attirée par tous les petits crabes et bernard l’hermites à nos pieds ! Ils sont partout et semblent jouer à cache-cache avec nous.

martinique crabe

mangrove caravelle

 

Nous empruntons ensuite une passerelle en bois qui nous mène au cœur de la mangrove. C’était la première fois que je découvrais cet écosystème et j’avoue que c’est très étrange cette sensation d’être dans la forêt, mais au milieu de l’eau … C’est clairement pas le type d’endroit où j’irais me promener seule la nuit … oui, j’ai des pensées bizarres parfois. Heureusement, nous ne trainons pas dans le coin et nous retournons au parking en quelques minutes.

martinique mangrove

En conclusion c’est vraiment une très belle randonnée qui permet de découvrir des paysages variés que l’on ne retrouve nulle part ailleurs dans l’île !

Plus d’infos sur la randonnée de la Caravelle.

Canyoning dans les gorges de la falaise


Si tu recherches une activité un peu insolite, alors je te conseille de prévoir un petit créneau dans ton planning pour une randonnée aquatique. Ou plus communément appelé du canyoning. Je précise car on s’est fait avoir comme des bleus, l’activité étant présentée comme une rando aquatique on pensait longer la rivière quitte à la traverser à quelques endroits … mais non, non. Je confirme qu’on était en maillot de bain avec de l’eau jusqu’aux hanches !

Il existe plusieurs sentiers, mais nous avons jeté notre dévolu un peu au pif sur les gorges de la falaises, dans les environs d’Ajoupa-Bouillon, qui promettaient un joli final avec une cascade et son bassin.

Le site est magnifique, un peu perdu dans une sorte de jungle, avec de superbes plantes tropicales. Je me serais crue dans une serre géante ! Forcément, comme nous n’avions pas tout compris nous n’étions pas hyper équipés. Mais heureusement le guide doit avoir l’habitude car il nous a prêté des sandales pour aller dans l’eau.

gorges de la falaise

La première partie du parcours est très facile puisque nous longeons la rivière sur quelques mètres. Mais au bout d’un moment le sentier stoppe net. Pas le choix, nous comprenons vite que nous devons mouiller le maillot ! L’eau est plutôt fraîche mais ce n’est pas désagréable, surtout qu’en avançant contre le courant on se réchauffe assez vite.

On passe de bassins en bassins, tantôt en grimpant le long des parois de la gorges puis en sautant dans les bassins suivants. Moi qui adore toutes les activités sportives et aquatiques je suis comblée, je m’amuse comme une petite folle ! Après quelques minutes nous apercevons vaguement la cascade au fin des gorges. Enfin, nous l’entendons surtout !

canyoning martinique

Quand nous l’atteignons, c’est magique ! Je me sens vraiment privilégiée d’être ici en tout petit comité (nous étions 6 avec le guide) pour profiter de ce site incroyable. Le guide nous invite à passer sous la cascade. J’ai un peu peur mais je suis casse-cou donc je me lance. Je ne suis pas venue pour rien quand même ! Par contre j’avais oublié mon shampoing… un peu ballot quand même quand on voit le débit de la douche… Trêve de plaisanterie, c’est impressionnant de se prendre toute cette eau sur la tête. Mais pas assez pour m’arrêter ! Et que j’y retourne, et que je t’éclabousse, et que j’essaie de te faire boire la tasse … une vrai gamine j’te dis !

cascade gorges de la falaise

Mais bon, il faut bien rentrer. Nous prenons donc le même chemin qu’à l’aller mais en sens inverse, et là c’est bien plus marrant de sauter dans les bassins que de les enjamber !

En tout cas, nous avons passé un agréable après-midi et nous étions bien content de rentrer nous reposer dans le jacuzzi de notre petit cabanon ce soir-là 🙂

Plus d’infos sur les gorges de la Falaise

La route panoramique de Saint Pierre à Grand Rivière


Si tu pars en Martinique, tu as forcément entendu parlé de la ville de Saint Pierre et de la tragédie qui s’y est jouée au début du XXème siècle. Je parle bien sûr de l’éruption de la montagne Pelée qui a causé la perte de tous les habitants de la plus grosse ville de l’île à l’époque durant la nuit.

Saint Pierre étant situé au nord ouest de l’île, il faut bien compter 1h30 voir 2h pour s’y rendre depuis les Anses d’Arlet en prenant en compte les embouteillages de Fort de France. Nous avons donc décidé de partir à la journée visiter le nord de la Martinique jusqu’à Grand Rivière.

Comme nous avons le temps nous choisissons le longer la route côtière à l’ouest de l’île. Les paysages sont une fois de plus très surprenants ! A ce niveau là, nous avons été très surpris pendant notre séjour de découvrir autant de paysages variés sur une si petite surface !

cote martinique precheur

Saint Pierre

Puis nous arrivons à Saint Pierre où nous faisons une petite pause pour aller voir les vestiges. Entre les maisons de style créoles et les fresques le long des murs on arrive rapidement à la grande place où se situait le théâtre autrefois. Des murs il ne reste que les sous-bassement. Le reste ayant disparu lors de l’éruption. Au loin, bien qu’endormi, le volcan semble nous narguer …

saint pierre martinique

saint pierre theatre ruine

Mais au lieu de nous en approcher, pour le moment nous préférons continuer notre route vers le nord et la plage de l’anse couleuvre, la dernière de ce côté de l’île.

Le Tombeau des Caraïbes

Quelques kilomètres après Saint Pierre, un mémorial fait face à la mer. Il s’agit du tombeau des Caraïbes en souvenir des premiers autochtones de l’île, qui selon la légende, auraient préféré sauter de cette falaise et se suicider plutôt que d’être réduits à l’esclavage par les Français.

tombeau des caraibes

La route que nous empruntons ensuite est magnifique, au coeur de la forêt tropicale. C’est la première fois que je vois des lianes ‘en vrai’ et je me demande si c’est vraiment aussi solide que dans les films…Question cruciale, je sais. Nous sommes vite revenus à des considérations beaucoup plus à terre à terre quand le co-voyageur m’a fait remarquer qu’on se croirait dans Jurassic Park. ” Petits, petits ! Les raptors, youhou, où êtes vous ?” On s’marre bien en voiture !

route du precheur

Après avoir tenté un remake made in Martinique, nous sommes finalement arrivés au bout de la route. En effet, ici la route ne continue pas jusqu’à Grand Rivière situé quelques kilomètres plus loin. il faut faire demi-tour et contourner la montagne Pelée pour rejoindre l’autre côté. Par contre, sache qu’un sentier de randonnée longe la pointe nord et relie l’Anse Couleuvre à Grand Rivière. Il parait que cette rando est magnifique mais par manque de temps nous ne l’avons pas réalisée.

L’Anse Couleuvre

Nous laissons la voiture sur le parking bien rempli, qui nous laisse craindre le pire quant à l’affluence sur la plage. Un sentier en pleine forêt permet de rejoindre la plage. Le long du chemin nous passons à côté des ruines d’une ancienne maison, presque invisible sous son grand manteau vert. Curieux, il ne fait pourtant pas très froid par ici…

foret anse couleuvre

jungle tropicale martinique

Puis soudainement, le feuillage devient moins dense, la lumière se fait plus vive et la forêt stoppe net pour laisser place à une grande plage de sable noire, immaculée. Et très surprenant, nous sommes totalement seuls à profiter de la plage alors que le parking était bondé. Nous en déduisons rapidement que tous ces gens ont pris le sentier de randonnée.

plage anse couleuvre

Je ne me fait pas prier deux fois pour profiter du calme et de l’endroit paradisiaque avant que d’autres ne viennent troubler cet instant magique ! Mais ma baignade est interrompue par le co-voyageur resté sur la plage qui me demande de le rejoindre rapidement. Mais que se passe-t-il ? Suspeeeeeeense.

L’homme et sa vue perçante ont débusqué un zandoli ! Un petit lézard très coloré très commun en Martinique. Ca méritait bien de me faire sortir de l’eau pour prendre une photo …

zandoli martinique

Finalement, d’autres touristes investissent la plage ce qui sonne la fin de notre repos. Nous décidons donc de partir vers Grand Rivière.

Grand Rivière

Si tu cherches un petit village vraiment typique en Martinique, ne cherche plus, c’est celui-là. Certes, il se mérite et il ne faut pas avoir le mal des transports car la route est assez…sinueuse. A flanc de montagne. Pour autant que l’on puisse parler de route par endroit. Cela dit c’était en 2014, depuis peut-être que c’est mieux …

martinique pelee

jungle grand riviere

La rue principale menant jusqu’à l’église est superbe avec ses maisons colorées. Et je ne te parle pas de la vue sur le village à partir de la digue … mama mia ! Ici tu as la totale, les maisons colorées, les petites barques, les palmiers, l’eau bleu turquoise … Et le vent. Bah oui, tu croyais quoi ? On ne peut pas tout avoir hein.

grand riviere eglise

village grand riviere

Tu veux que je te dise, et bien ça me fait super plaisir de partager ces moments avec toi car j’ai plein de souvenirs en dehors des photos qui reviennent d’un coup. Par exemple, je me souviens qu’on s’est posé avec une bonne glace pas artisanale sur ce petit banc entre les palmiers parce qu’on voulait regarder les vagues. Mais en fait il y avait tellement de vent qu’on se prenait surtout des embruns dans le visage (et des gouttes de glace…ouais glamour) et qu’on a dû abandonner notre idée stupide de jouer au couple romantique 😀

palmiers grand riviere

On a terminé notre glace debout derrière le banc comme des cons et puis on a terminé notre petit tour du village avant de rentrer tranquillement profiter une dernière soirée de notre jacuzzi !

Les Jardins de Balata


Grosse frayeur ce matin là. A 5h20 exactement, alors que nous dormions à poings fermés, une violente secousse nous a réveillés. On s’est regardé abasourdi pendant une bonne minute en se demandant ce qui était en train de se passer. Sachant que notre cabane était en bois et à moitié sur pilotis sur la pente de la montagne, j’ai d’abord cru à un gros camion qui aurait pu faire trembler notre habitation. Le co-voyageur beaucoup plus perspicace a lui pensé à une coulée de boue… raté, mais pas loin.

Un tremblement de terre ! Voilà, voilà. Pour notre dernier jour, sympa le cadeau d’au revoir ! Je te rassure, il n’était pas violent et n’a fait aucune victime. Nous l’avons sûrement bien ressenti à cause de notre “fragile” cabanon en bois.

Pour notre dernière matinée, nous voulions visiter quelque chose aux alentours de Fort de France pour nous rapprocher de l’aéroport et ne pas stresser dans les embouteillages monstres de la capitale. Malgré quelques musées intéressants, la ville ne nous intéressait guère. Nous avons préféré aller voir le jardin botanique de l’île, le Jardin de Balata, car n’étant pas dans la saison propice nous n’avions pu voir beaucoup de fleurs et de plantes endémiques.

Sur la route, contrairement aux autres jours, les nuages ne se levaient pas. Quelques gouttes commençaient même à tomber lorsque nous sommes arrivés. Tant pis, on était là, c’est pas de l’eau qui allait nous refroidir !

Et on a bien fait. Le jardin est vraiment magnifique ! Je serais bien incapable de te citer le nom de toutes ces plantes et ces fleurs mais cela ne m’empêche pas de me souvenir de ces arbres bizarres ! Nous avons flâné quelques heures dans les allées bien aménagées du parc, à nous ébahir toujours plus à chaque fois que nous tombions sur une forme autant originale qu’improbable.

balata martinique

jardins de balata

martinique jardin botanique

Sur la fin du parcours, des passerelles sont même aménagées dans les arbres. Une très bonne idée afin de prendre de la hauteur et de découvrir le jardin et les arbres d’un point de vu différent. Bon, on m’aurait proposé une liane pour me la jouer Jane, j’avoue que je n’aurais pas dis non. Mais non, pas de liane, pas de Jane. J’ai du me contenter de la passerelle.

passerelle balata

Comme si la météo avait anticipé notre départ, une bonne averse tropicale nous est tombée dessus alors que l’on déposait la voiture de location à l’aéroport. Parfait !

C’est ainsi que s’achève notre lune de miel en Martinique, sous la pluie, mais des étoiles plein les yeux et des souvenirs plein les appareils photos !

Plus d’infos sur les Jardins de Balata

Tu connais la Martinique ou d’autres îles des Antilles? N’hésite pas à me laisser un petit commentaire pour me dire ce que tu en as pensé !

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 thoughts on “La Martinique #2: Les incontournables dans le nord de l’île

Commentaires