Vents & Voyages

Comment boire En Randonnée? Comparatif Des Différentes Solutions

Mis à jour le

11 juillet 2021

Quand je pars en randonnée, que ce soit pour quelques heures ou quelques jours, s’il y a bien une seule chose que je n’oublie jamais d’emporter avec moi c’est de l’eau. Mais à mes débuts de randonneuses, c’était toujours la galère pour boire pendant la randonnée. S’arrêter, ouvrir son sac, prendre la bouteille, refermer le sac, la bouteille mal coincée qui blesse le dos voire la bouteille mal fermée qui coule dans le sac … c’était franchement chiant et ce petit désagrément ne me permettait pas de profiter pleinement de ce moment.

Depuis, j’ai eu l’occasion de tester plusieurs solutions telles que les différentes gourdes et les poches à eau (où camelbak) et entre les facteurs d’ordre écologiques, la praticité, le poids… pas facile de faire un choix !

Je te propose donc un petit comparatif de tout ce qui existe sur le marché à l’heure actuelle, avec les avantages et inconvénients de chaque solution et en bonus la solution pour laquelle j’ai opté pour le moment pour boire facilement en randonnée.

Nouvelle-zelande-tongariro

La Bouteille En Plastique

Je ne te la présente pas, la bouteille en plastique est commune et peut s’acheter partout. Il en existe de différentes tailles, avec différents types de goulots.

Avantages

Inconvénients

corse-GR20-201

La gourde

Il existe de nombreuses gourdes de randonnée sur le marché, dont les caractéristiques varient énormément selon la matière choisie. On en trouve en plastique dur, en plastique mou, en silicone, en inox, en alu … pour des contenances variant de 0.5L à environ 2L selon les modèles.

Pour boire en randonnée, la gourde en aluminium est souvent considérée comme la référence de part sa légèreté et sa solidité. Cependant, depuis quelques années les gourdes en inox gagnent du terrain notamment car d’un point de vue sanitaire elles sont bien plus “sûre” que les gourdes en alu ou en plastique (même si ces deux dernières ne contiennent plus de bisphénol A) tout en gardant les même avantages que les gourdes en alu.

Il convient donc de différencier et séparer les gourdes rigides en alu ou en inox d’un côté, et les gourdes en plastique rigides qui de mon avis ne sont que des bouteilles en plastique améliorées. A l’opposé de toutes ces gourdes rigides, les gourdes souples (ou flasques) en plastique ou silicone s’avèrent particulièrement pratiques pour boire en randonnée.

Les gourdes rigides

Avantages

Inconvénients

Les gourdes souples

Avantages

Inconvénients

Australie-Kalbarri

La Poche à eau ou Camelbak

Quesako ?

Les poches à eau ont fait leur apparition dans les années 90, pour les activités militaires d’abord avant de se généraliser pour les activités en extérieur dans les années 2000. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une poche souple, d’une contenance variable, placée dans un sac à dos et équipée d’un tuyau flexible sortant du sac de manière à ce que l’utilisateur puisse s’en servir à tout moment comme d’une paille.

Avantages

Inconvénients

homme en face d'un glacier au sitzberg

Ma technique pour boire en randonnée: un peu de tout

Comme tu as pu le constater, pour boire en randonnée chaque système a ses avantages et ses inconvénients qui peuvent différer selon la pratique au jour J.

Pour ma part j’ai toujours une poche à eau d’environ 1.5L quelle que soit la durée de la randonnée. C’est tellement pratique que je ne pourrais pas m’en passer !

En complément, pour pallier au fait qu’on ne puisse pas voir la quantité bue avec la poche à eau, et selon le type de rando que je fais, je pars aussi avec soit une gourde en inox, soit une gourde filtrante en silicone souple. Plusieurs marques proposent ces gourdes souples, dont HumaGreen. En plus de tous les avantages des gourdes souples cités plus haut, j’apprécie que chaque composant de la gourde soit aussi vendu séparément afin de pouvoir le racheter si une pièce se cassait.

Je prends la gourde en inox en hiver pour la remplir avec du thé, et je prends la flasque en silicone dans tous les autres cas ou je n’ai pas besoin d’eau chaude pendant que je randonne. Son avantage ultime comparée à une simple bouteille PET, c’est qu’en plus d’être très légère cette gourde possède un filtre à charbon pour éliminer certaines impuretés. Cela me permet donc d’être plus sereine quand je randonne sur de longs trajets où l’accès à l’eau potable peut s’avérer compliqué comme sur le GR20. Avec cette gourde je ne me pose plus de questions et je la remplis dès que je trouve un peu d’eau sur le sentier.

Si tu ne randonnes pas et que tu n’es pas à 100g près, alors oui je te conseille de t’orienter vers ce type de gourdes réutilisables et pliables plutôt que des bouteilles en plastique.

En conclusion il n’y a pas de solution miracle, tout dépend principalement de ta pratique de la randonnée, ou bien de ton voyage. J’espère que ce petit comparatif t’aura aidé à y voir plus clair et te permettra de choisir plus sereinement ton matériel pour boire lors de ta prochaines randonnée!

Si tu cherches d’autres informations pratiques pour randonner je t’invite à consulter la liste de mon matériel de randonnée.

Et toi tu utilises quoi pour boire lors de tes voyages ou des tes randonnées ?

Epingle-moi sur Pinterest !

boire randonnée
boire randonnée

Cette page contient des liens affiliés. Cela signifie que si tu achètes un produit après avoir cliqué sur le lien, je touche une petite commission. Ce n’est pas plus cher pour toi, et de mon côté ça me permet de payer les frais du blog pour continuer à te proposer du contenu intéressant 🙂

4 réflexions sur “Comment boire En Randonnée? Comparatif Des Différentes Solutions”

  1. Comme nous sommes à vélos couchés, c’est très facile de l’accrocher sous le siège, elle est très basse et ne déséquilibre pas. Par contre, 10 kg de plus, ça se sent nettement ! C’est Ortlieb qui fait ces poches à eau, il y en a de plus petites.

  2. Nous voyageons à vélo, sujet non abordé dans cet article, mais la problématique est la même.
    Usage de deux gourdes en alu d’un litre (le poids importe moins qu’à pieds) complétées par une bouteille de 1,5 l à 2 l, ceci sur chaque vélo, selon la longueur de l’étape).
    Et pour les cas où on a besoin de plus d’eau parce qu’à l’étape on n’en trouvera pas (zones désertiques), une poche à eau de 10 litres qui ne prend quasiment aucune place quand elle n’est pas utilisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *