close

Lacs et glaciers du parc national Aoraki – Mont Cook

Si tu visites l’île sud de la Nouvelle-Zélande, le parc national Aoraki – Mont Cook est bien LE site incontournable à découvrir sur cette île. Entre ses montagnes et ses lacs, impossible de rester de marbre devant le spectacle de dame nature.

Situé en plein milieu des terres, le parc national Aoraki – Mont Cook est accessible depuis la route du centre de l’île, reliant Christchurch à Wanaka et Queenstown. Ce qui peut-être pratique pour visiter ces deux superbes coins facilement, mais qui impose alors de faire l’impasse sur toute la magnifique région de Dunedin sur la côte est ainsi que celle des Catlins dans le sud … Ne voulant surtout pas me priver de découvrir ces deux autres régions, il a fallu me creuser un peu les méninges pour créer le circuit parfait, nous permettant de découvrir à la fois le Mont Cook, Dunedin, les Catlins, le Milford Sound et toute la zone entre Queenstown et Wanaka sans revenir sur nos pas. 

C’est donc comme ça que depuis Christchurch où nous avions récupéré notre voiture de location, nous avons commencé par faire le détour dans le centre pour découvrir le Mont Cook et ses lacs, puis nous avons coupé par les petites routes pour rejoindre la côte est avant de longer le littoral sud et de remonter par Te Anau puis Queenstown et Wanaka. Un gros détour oui, mais qui en vaut sérieusement le coup si tu as du temps devant toi !

lac tekapo nouvelle zelande mont cook

Les lacs Tekapo et Pukaki


En ce début janvier, alors que l’été bat son plein en Nouvelle-Zélande, je suis bien contente d’avoir ma polaire et mes chaussettes en laine à mon réveil ! Les 10°C au réveil contrastent fortement avec ceux de la veille à Brisbane en Australie où l’on approchait plus des 30°C … Je t’avoue que cette température me ravit car la chaleur commençait à peser sur mon moral. Bref, tout ça pour dire que même en été, en Nouvelle-Zélande il peut faire froid, surtout dans la région alpine de l’île du sud, et que si comme nous tu optes pour un hébergement en tente, il faut prévoir du chaud ! 

A peine sur la route, je suis sous le charme des paysages. C’est vert, c’est vallonné… ça me rappelle chez moi et ça fait du bien ce sentiment d’être à la maison après 6 semaines de road-trip.

Après une centaine de kilomètres de routes sinueuses jalonnée d’arrêts photos, nous arrivons à notre première étape de la journée, le lac Tekapo. Ce lac est très photogénique de part sa couleur d’un bleu incroyable qui, quand le ciel est bien dégagé, reflète merveilleusement bien les cimes enneigés qui surplombent le lac. Ajoute à cela le contraste violacé des lupins entourant les berges du lac et la petite chapelle  sur ses rochers tu as une carte postale parfaite de la Nouvelle-Zélande !

lac tekapo nouvelle zelande mont cook

Nous n’avons pas eu la chance de contempler ce lac sous un grand ciel bleu, mais la luminosité matinale qui perçait au travers des nuages offrait un tout aussi joli panorama. Difficile de ne pas apprécier la beauté et la quiétude du site dans ces conditions. 

Si tu cherches une randonnée avec un joli point de vue, alors ne manque pas la boucle jusqu’au sommet du Mt John. Environ 8km et 300 mètres de dénivelé pour profiter d’une magnifique vue !

lac tekapo mont cook

Et si tu as un peu de temps, tu peux même continuer sur la petite route (ou piste) qui mène à deux autres lacs, les lacs McGregor et Alexandrina.

A la place nous avons préféré rejoindre le deuxième grand lac du coin, le lac Pukaki. En plus du fait que ce lac est tout aussi beau que le précédent, on apprécie d’autant plus sa magnifique route panoramique qui le parcours sur toute sa longueur pour atteindre les confins de la terre du milieu du centre de l’île sud de la Nouvelle-Zélande. C’est cette même route, sans issue, qui permet d’atteindre le parc national du Mont Cook, point de départ de nombreuses randonnées, notre objectif de la journée.

lac pukaki nouvelle zelande

lac tekapo

Le parc Aoraki – Mont Cook


Après  un rapide tour au visitor center pour repérer les randonnées intéressantes, nous décidons de réaliser la même randonnée que 99% des touristes présents. Celle-là même qui mène au pied du Hooker Lake, un lac glaciaire où quelques glaçons flottent à la surface mais surtout avec une vue imprenable sur le Mont Cook.

mont cook

A notre décharge, bien que le Nouvelle-Zélande soit réputée pour ses randonnées, lors de notre séjour nous avons malheureusement pu constater le manque de choix quant aux randonnées à la journée. Il y a soit les treks sur plusieurs jours soit les petites randonnées accessibles à tout le monde mais très peu d’offre intermédiaire, aka de randonnée longue (et sportives) à la journée. Ce qui fait que quelque soit le sentier choisi et même en combinant plusieurs parcours, tu te retrouves généralement avec tous les autres touristes. C’est là qu’on se rend compte la chance qu’on a en France avec tous les sentiers balisés dans nos montagnes !

Même si les paysages rencontrés lors de ces 10 kilomètres sont grandioses, j’avoue que j’ai été dérangée par la foule, les perches à selfies et la queue au niveau des spots instagramables… Ce n’est pas du tout le calme que j’espérais trouver en Nouvelle-Zélande. Sans parler du fait que les durées annoncées sont très surestimées. 

Arrivés au pied du lac, j’ai donc pris mes quelques photos et puis nous sommes retournés au parking sans plus attendre. J’étais frustrée car si j’avais su, j’aurais sûrement passé un peu plus de temps à profiter des lacs Tekapo et Pukaki…

mont cook nouvelle zélande

Comme il était encore tôt, nous avons décidé de refaire une autre randonnée dans le coin et, pour éviter la foule, nous avons misé sur une petite boucle de 4km éloignée du parking principal, qui permet d’atteindre le belvédère du glacier Tasman. Et pour le coup, nous n’avons pas croisé un chat !

lac tasman nouvelle zelande

Les paysages entre ces deux randonnées étant relativement différents, le premier évoluant dans un cadre de verdure au milieu des rivières alors que le deuxième est bien plus minéral à l’approche de la moraine, je trouve que ces deux sentiers sont finalement bien complémentaires pour apprécier le parc national du Mont Cook. 

glacier tasman nouvelle zelande

Si tu as plus de temps, en deux jours, tu as aussi la possibilité de faire une grande boucle de 40km autour de ces 2 lacs. Sûrement une très belle expérience pour mieux apprécier ce site loin de la foule.

Informations pratiques

Pour en savoir plus sur les randonnées et activités possibles dans le parc du Mont Cook, tu trouveras toutes les informations sur le site officiel.

Alors que nous reprenions la route vers notre site de camping, la surprise de la journée aura été de tomber sur des champs de lavande au milieu de la Nouvelle-Zélande ! Oui, oui, tu as bien lu ! Et tu sais quoi ? Il n’y avait presque personne à saccager à se prendre en photo au milieu des champs  ! Juste une petite poignée de touristes, surpris, comme nous de trouver ces champs ici. 

lavande nouvelle zelande

En résumé, si tu souhaites visiter cette région et le parc national Aoraki – Mont Cook, il est possible de le faire en une journée avec quelques arrêts photos et plusieurs randonnées selon ton rythme de marche, ou bien en deux jours en prenant un peu plus ton temps. 

Quoi qu’il en soit c’est vraiment une magnifique région à ne pas zapper dans ton programme !

Épingle-moi sur Pinterest !

Tags : Ile du SudRécits de voyageRoad-trip

4 commentaires

  1. Quel rêve, bravo pour ces photos incroyables ! J’espère qu’il s’agira de mon prochain road-trip ☺️

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.