Organiser un voyage à Tokyo

A l’occasion d’un voyage d’affaires, j’ai eu la chance de pouvoir visiter Tokyo quelques jours, seule. Il faut que je t’avoue que je n’avais pas été autant angoissée et stressée par un voyage depuis bien longtemps. 10 ans pour être précise, lors de mon premier voyage, seule, à Montréal pour un stage.

J’ai visité une dizaine de pays depuis, sans encombre et sans stress, et pourtant là, pour le Japon, j’étais très nerveuse.

Pourquoi ?

Déjà, parce que j’ai appris 15 jours à l’avance que je partais, ce qui ne me laissait pas beaucoup de temps pour me documenter et préparer ces quelques jours.

Deuxièmement parce que je n’y restais que 2 jours seule, et que je savais déjà qu’il me faudrait faire des choix. Ne sachant pas quand, ni si une opportunité telle que celle-ci se représenterait, je voulais absolument cibler les sites importants.

Enfin, mon plus gros stress provenait du fait que je ne sais ni lire, ni écrire et encore moins parler japonais. Et malheureusement, pour travailler avec eux, je sais que l’anglais n’est pas monnaie courante.

J’avais donc tout simplement peur de me perdre ! Et oui, je suis une fille de la campagne donc mon niveau d’orientation en ville laisse grandement à désirer. Tu rajoutes à cela le fait que je suis timide et que je préférerais me perdre 10 fois plutôt que de demander mon chemin … bref, la panique TOTALE !

Omg GIF - Find & Share on GIPHY

Alors, on fait quoi ?

A 15 jours du départ je me suis mise en recherche active d’infos, principalement sur internet à travers les blogs pour aller plus vite. Les guides papiers auraient été à mon avis trop complets pour mon séjour et j’aurais perdu quelques jours entre la commande et la réception, ce que je ne pouvais pas me permettre.

Je me permets de partager avec toi les infos les plus importantes à savoir pour préparer ton séjour.

  • Les aéroports

Il y a deux aéroports à Tokyo, Haneda au sud, le plus proche et Narita au nord. Il existe plusieurs façons de rejoindre le centre de Tokyo:

– les taxis: la solution la plus onéreuse, pas forcément la plus rapide selon l’endroit où tu te rends et pas toujours très pratiques si le chauffeur ne parle pas un mot d’anglais et te dépose au mauvais endroit… mais c’est facile, il n’y a qu’à faire la queue à la sortie de l’aéroport.

– les bus limousines: ces bus oranges font la tournée des grands hôtels. C’est une solution pratique et pas cher pour peu que tu aies du temps devant toi. En effet, si ton hôtel est le dernier de la tournée ça risque d’être un peu long. Et deuxième inconvénient, l’aéroport n’est pas desservi très souvent; toutes les heures pour Narita et toutes les 2-3h pour Haneda. (lien)

– le métro: sûrement l’option la moins chère mais la moins pratique. Si c’est ta première expérience au Japon, tu risques d’être vite perdu.e. Mais en fonction de ta destination, si tu n’as pas 50 changements à faire ça peut valoir le coup. Je te conseille tout de même de tester avec Hyperdia (cf point suivant)

– les navettes de chaque aéroport: la meilleure solution niveau rapport qualité-prix à mon avis Tu peux réserver ton ticket en ligne et le récupérer à une station pendant ton séjour ou bien directement l’acheter sur place jusqu’à la veille du départ.

  • Les transports urbains

Et c’est donc à ce moment-là que j’ai découvert un nouveau problème : les moyens de transport. En effet, j’avais pu lire partout qu’il existe plusieurs lignes de trains et de métro, gérées par différentes compagnies… je me suis penchée sur la question histoire de voir à quoi ressemble le réseau. Mon dieu que c’est compliqué ! Je rectifie, non ce n’est pas plus compliqué que le métro ailleurs. C’est juste qu’il y a tellement de lignes et de connections possibles qu’il y a beaucoup de possibilités pour rejoindre un point A au point B et sachant le peu de temps que j’avais sur place, ça me frustrait pas mal de me dire que j’allais peut-être perdre du temps bêtement dans les transports.

Mais une fois de plus, merci internet et la communauté de bloggeurs qui m’a fait découvrir LE site Hyperdia qui calcule directement ton itinéraire en incluant TOUTES les compagnies de transports et qui t’indique plein d’informations pratique pour t’y retrouver.

  • Les cartes SUICA et PASMO

Et puis, pour faciliter encore plus la chose, j’ai aussi appris qu’il existe des cartes rechargeables SUICA et PASMO. Elles s’achètent à des bornes dans la plupart des stations, gares et aéroports. Les 2 cartes ont exactement le même fonctionnement, c’est-à-dire que tu les achètes, tu les charges du montant que tu veux et tu passes aux bornes de toutes les stations sans t’embêter de savoir à quelle compagnie appartient quelle ligne. J’ai acheté la PASMO puisque je l’ai retiré à une station de Tokyo Metro, mais à une station JR j’aurais pu prendre la SUICA. En plus, ces cartes te permettent de payer dans les magasins de la même façon que le mode sans contact de nos cartes bancaires.

A savoir que tu mets une caution de 500¥ à l’achat et que tu la récupères ainsi que l’argent non utilisé lorsque tu rends la carte à la fin du séjour.

Pour moi c’est un indispensable, même pour 2 jours je l’ai largement rentabilisée en termes de gain de temps et d’argent puisque le prix du trajet est un peu moins cher avec la carte.

  • L’argent

En parlant d’argent, il faut savoir que même si les paiements par carte bancaire sont de plus en plus répandu notamment dans les grands magasins, le cash reste roi. Par contre toutes les machines n’acceptent pas les cartes internationales. La Poste reste une valeur sûre. Tu trouveras tous les distributeurs sur leur site ici.

C’est comme ça que je me suis retrouvée à préparer hyper consciencieusement mon planning sur 2 jours à coup de captures d’écrans de Google map et d’itinéraires de métro pour ne pas me perdre !

tokyo metro

Et tu sais quoi ?

Alors, si tu es déjà allé.e au Japon, tu trouveras peut-être cela très exagéré, puisqu’en réalité… c’est facile de se repérer !

Bah oui, les Japonais sont hyper consciencieux et s’ils sont capables de mettre des notices explicatives pour utiliser les WC (véridique) il fallait se douter qu’ils ne laisseraient pas les touristes tourner en rond et se perdre dans les rues !

C’est donc à mon grand bonheur que j’ai découvert en arrivant que les principaux panneaux signalétiques sont traduits en anglais et qu’il y a aussi de grands panneaux d’information pour se repérer dans le quartier presque tous les 100m ! Sans compter les petits guides touristiques très bien fait que l’on peut se procurer dans les aéroports et aux points d’information.

tokyo panneau explicatif

Bref, j’étais sauvée !

Enfin presque. Une carte, aussi bien faite soit-elle ne remplacera malheureusement jamais mon sens de l’orientation.

Bon, ok je me suis perdue plusieurs fois, mais j’ai vite et facilement retrouvé mon chemin avec tous ces panneaux explicatifs. Et mes captures d’écrans pour les itinéraires m’ont été d’une aide précieuse ! Je me rends compte à quel point j’aurais galéré et perdue du temps si je ne l’avais pas fait.

J’en profite aussi pour rappeler que Tokyo se prépare déjà pour les Jeux Olympiques 2020 ! Et donc, dans cette optique de plus en plus de Japonais vont devoir apprendre l’anglais et que tout va être mis en place pour offrir le meilleur séjour aux visiteurs. J’ai pu le constater notamment au niveau de plusieurs sites touristiques et des gares en rénovation

Donc, en conclusion si comme moi tu as peur d’aller au Japon, je te rassure, tout est indiqué ! Et au pire si tu demandes ton chemin à un Japonais il se fera un plaisir de te montrer, pas besoin de savoir parler Japonais (bonjour, excusez-moi et merci c’est quand même le minimum hein!), avec une carte et quelques signes internationaux le tour est joué !

Tu as d’autres conseils à donner pour préparer son voyage à Tokyo? N’hésite pas à nous les partager en commentaire !

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Organiser un voyage à Tokyo

Commentaires