close

La côte de Ningaloo entre terre et mer

Après avoir passé plusieurs jours coupés du monde dans le parc de Karijini, nous n’étions pas mécontents de retrouver la civilisation à Exmouth.

Cette ville est idéalement placée au nord de la côte de Ningaloo, s’étendant jusqu’à Coral Bay au sud. La côte de Ningaloo est classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 2011 et inclus les sites du récif de Ningaloo, la deuxième barrière de corail d’Australie, les îles Muiron ainsi que le parc national terrestre de la Chaîne du Cap (Cap Ranges) et sa faune très diversifiée.

Autant te dire qu’il y a de nombreuses choses à faire dans la région, que ce soit sur terre où dans la mer. Et si comme nous tu ne sais pas ce qui est possible de faire selon la saison, alors je te conseille de te rendre au visitor center de la ville, où tu trouveras de nombreux documents et explications sur la géologie de la région, ses parcs et toutes les activités possibles.

Ayant prévu de rester 3 jours dans la région, nous avons donc alterné les activités pour découvrir le Cap Ranges et le Ningaloo Reef.

Mais avant d’aller plus loin, laisse-moi tout d’abord t’expliquer ce qui nous a incité à privilégier cette région plutôt que la grande barrière de corail.

Pourquoi j’ai privilégié le Ningaloo Reef à la grande barrière de corail ?


Quand on te parle de l’Australie et de sa barrière de corail tu penses sûrement directement à la grande barrière de corail située au large de la côte nord-est.

En toute franchise, moi aussi au début de la planification de notre voyage je ne m’imaginais pas visiter l’Australie sans voir de mes propres yeux ce bijou de la nature, surtout depuis que l’on plonge.

Or, en lisant des récits de voyageurs et des articles de magazine sur cette région, j’ai vite déchanté. L’Australie n’étant pas vraiment réputée pour son engagement écologique, en plus du manque de normes pour préserver cet écosystème incomparable, il semblerait que la barrière de corail se soit transformée ces dernières années en véritable parc d’attraction où le tourisme de masse sévit durement. Payer une blinde pour me joindre à un groupe et plonger sur une zone où le corail est tout abîmé, non merci.

Pour preuve que je n’invente rien, récemment l’Australie a encore fait hurler tous les écologistes lorsque le gouvernement a autorisé le déversement des boues sur la barrière. Je te laisse lire l’article … Et si ça ne suffit pas à te convaincre, un deuxième article pour la route.

Ne crois pas que je n’ai pas cherché des alternatives plus écologiques que tous ces tours à la journée, entassés comme des sardines à 50 sur des bateaux bien polluants. Bien sûr que oui. Mais j’ai dû me rendre à l’évidence, il fallait soit payer encore plus cher soit prévoir une mini croisière sur plusieurs jours afin de pouvoir se rendre sur des sites plus éloignés de la côte et donc forcément plus préservés.

Je t’avoue que j’ai longtemps réfléchi à savoir si un tel investissement en valait la peine.

Mon plaisir personnel est-il plus important que la préservation de notre environnement ?

Et puis, un peu par hasard, un jour je suis tombée sur un article parlant du Ningaloo Reef, la deuxième barrière de corail de l’Australie, située au bord de la côte ouest dans l’océan indien.

australie-ouest-ningaloo-cap-ranges-23

Et… j’en suis restée scotchée ! Une barrière de corail accessible sans bateau, mais à la nage directement depuis la plage. La possibilité de voir exactement la même chose que sur la grande barrière, pour juste 13$ le prix de l’entrée au parc, sans la pollution ni les touristes, dans un cadre magnifique.

Que demande le peuple ?

C’est à partir de là que j’ai commencé mes recherches pour connaître les autres activités intéressantes à faire dans l’ouest et que j’ai pu prendre connaissance de la diversité de paysages de ce côté de l’Australie mais surtout de son aspect bien plus sauvage et désertique que dans l’est. L’Australie que nous rêvions tous les deux de découvrir elle se cachait là, dans les terres arides de l’ouest.

Le constat a été sans appel. Adieu grande barrière de corail, à nous la côte ouest de l’Australie et le Ningaloo Reef !

Le Ningaloo Reef


  • Snorkeling

Comme je te l’expliquais avant, bien que moins réputé que la Grande Barrière de Corail, le Ningaloo Reef n’en est pourtant pas moins beau. Les premiers récifs sont  accessibles directement depuis la plage et les rencontres avec les animaux sont garanties !

Et surtout, c’est bien moins fréquenté !

Par contre si tu veux rencontrer des raies manta (mai à septembre), des dugongs ou des dauphins, il te faudra passer par une excursion qui t’emmènera plus au large.

Même si les conditions météorologiques n’étaient pas formidables lors de notre passage, avec beaucoup de houle et des fonds troubles, j’ai quand même apprécié les conseils fournis par l’office de tourisme sur les particularités de chaque plage et les horaires d’accessibilité en fonction de la marée et du courant.

Les meilleurs spots de snorkeling se situent à Lakeside, Oyster Stacks et Turquoise Bay ainsi qu’à Coral Bay au sud du parc. A l’entrée de chaque plage tu trouveras les informations sur le courant et le sens à suivre pour nager en toute sécurité. Par contre, attention, Oyster Stacks n’est accessible que pendant la marée haute ! 

  • Plongée sur le Navy Pier

L’autre activité phare de la barrière de corail est bien sûr la plongée. Il existe de nombreux spots mais le plus réputé est celui du navy pier, autrement dit en français, le ponton de la Marine. Ce site est exceptionnel déjà parce que c’est le seul site gouvernemental au monde autorisant l’accès aux civiles, mais surtout pour l’impressionnante diversité de la faune sur une surface aussi limitée. Cela ne t’étonnera point, mais avoir le privilège de nager dans des eaux gouvernementales se monnaie, et pas qu’un peu.

Ça refroidit quand même pas mal, la raison pour laquelle j’avais réservé une plongée sur un autre site. Mais il s’est avéré que nous étions trop peu à avoir réservé sur ce site accessible en bateau, nous avions donc soit le choix d’être remboursé ou bien de nous greffer au groupe pour le Navy Pier, en ajoutant le supplément « of course ».

On a finalement craqué.

Et on a regretté.

Le site est en effet impressionnant avec de nombreux poissons, requins et nudibranches, mais nous étions 18 plongeurs (18 !!!) sur le site. On se palmait « un peu » dessus (tu noteras l’ironie non dissimulée). Cette surexploitation m’a énormément déçue et même si le Ningaloo Reef est encore protégé, je sens qu’il prend le même chemin que sa grande sœur. Le tourisme de masse n’est pas loin …

australie-ouest-ningaloo
  • Nager avec les requins baleine, les baleines à bosse et les raies mantas

Entre avril et juillet, près de 500 (!) requins baleine approchent la côte de Ningaloo. C’est la plus grosse concentration de ces animaux recensée dans le monde à l’heure actuelle. C’est donc l’occasion exceptionnelle de découvrir ces animaux majestueux et pourquoi pas de nager avec eux !

Heu… des requins ? Oui, mes requins baleines ! Malgré leur taille imposante ces gros poissons sont inoffensifs pour l’homme et se nourrissent principalement de plancton.

Et si tu rates la saison des requins baleine, tu auras peut-être plus de chance avec les baleines à bosse qui migrent le long de la côte australienne entre juillet et octobre.

De nombreux tours opérateurs proposent des excursions (chères!) pour nager avec ces deux monstres marins.

  • Pontes des tortues et éclosion des œufs

Il existe 3 espèces de tortues marines dans le Ningaloo Reef. Il est donc possible d’assister à la ponte et l’éclosion des œufs de décembre à février si tu es motivé à veiller toute la nuit sur une plage 🙂

Bien qu’y étant en décembre, renseigne-toi d’abord au visitor center car selon les années la ponte est plus ou moins tardive et cette année-là, aucune ponte de prévue début décembre.

Le Cap Ranges


Ce parc dont le relief résulte d’un soulèvement progressif du fond marin est composé de nombreux canyons et abrite une faune très variée avec notamment de (très) nombreux kangourous et des émeus. Ces derniers peu farouches se promènent d’ailleurs librement dans le centre ville d’Exmouth. Surprenant quand on ne s’y attend pas !

Pour découvrir le parc, l’activité phare est la randonnée, ou bushwalking comme ils disent là-bas.

  • Mandu Mandu

Cette randonnée est courte, 3km, mais éreintante ! Pour dire, on marche presque 45mn en plein cagnard, sur des galets blancs au milieu d’un canyon. Air: 0, réverbération: 100. On s’est franchement maudit sur ce choix. Mais ça c’était avant de remonter sur le bord du canyon et de pouvoir profiter de la vue jusqu’à la mer.

  • Yardie Walk and Gorge Trail

Une sympathique randonnée avec une vue impressionnante sur la gorge et le ningaloo reef au dernier plan. L’occasion de rencontrer de nombreuses chauves-souris ainsi que des wallabies sur notre parcours.

Mais si tu n’as pas la motivation pour marcher, tu peux aussi juste profiter des différents points de vue et belvédères qui donnent déjà un très bel aperçu du parc.

australie-ouest-cap-ranges
  • Le phare de Vlamingh

Le phare, situé à la pointe du cap est assez incontournable. Même s’il ne se visite pas, la vue depuis ce promontoire vaut le coup d’oeil. D’un côté, le grand large et l’océan indien à perte de vue. De l’autre, les paysages désertiques et fleuris du cap ranges.

Si c’est la saison, tu auras même peut-être la chance de voir des baleines au large.

En plus, il parait qu’on y capte plutôt bien le réseau … je dis ça …

australie-ouest-ningaloo-phare

Bon, comme tu peux le constater le temps était très incertain lors de notre séjour. Un coup il fait super beau puis 1h plus tard il tombe des cordes. Le problème de venir début décembre, au début de la saison cyclonique et des tempêtes tropicales.

  • Le belvédère de Thomas Carter

Réservés au 4×4, ce belvédère se mérite. Honnêtement, vue la gueule de la piste je ne sais même plus si on était allé jusqu’au bout… N’empêche que même là où on s’est arrêté, c’était assez grandiose cette vue avec les gorges et les canyons juste devant la mer turquoise. C’est clairement la première fois que je voyais un paysage côtier aussi contrasté et coloré.

australie-ouest-ningaloo-cap-ranges-09
  • Plages paradisiaques et camping

La route côtière séparant le cap ranges de la mer et du Ningaloo reef est longue. Très longue. Surtout quand tu dois freiner toutes les 4s pour laisser passer un émeu ou un kangourou. Véridique !

Il faut dire que depuis notre première rencontre avec les wallabies dans le parc de MacDonnell Ranges dans le centre du pays, nous n’avions pas eu la chance d’en voir d’autres, d’où notre impatience non dissimulée. Je ne te cache donc pas mon excitation non contenue lorsqu’un énorme kangourou suicidaire a surgi des bosquets pour traverser à 1 mètre de la voiture! Le premier d’une longue liste …

Au cours de notre périple nous n’avons pu que constater le triste sort des marsupiaux, dont les nombreuses carcasses reposaient sur le bord de la route. Il faut dire que ces derniers, craintifs par nature, s’affolent quand ils entendent des voitures et ont la fâcheuse tendance à vouloir s’échapper en traversant la route …

australie-ouest-ningaloo-cap-ranges-18

Toujours est-il que, vu la distance, je te recommande de prévoir au moins 2 jours pour faire l’aller-retour sur cette route. Tu auras ainsi tout le temps nécessaire pour profiter des somptueuses plages d’un côté, des randonnées dans le cap ranges de l’autre et tu auras même l’occasion de dormir dans un camping sur la plage ! C’est vraiment une expérience que je recommande pour apprécier au mieux cette région paradisiaque.

Pour la petite anecdote, ce matin là en sortant de la tente, nous sommes tombés nez à nez avec un kangourou qui broutait un arbuste à 2 pas de la voiture. Je ne sais pas lequel d’entre nous à été le plus surpris, mais contrairement à ce qu’on pensait il ne s’est pas enfui directement.

On a alors voulu tenter une petite expérience… sachant qu’il est interdit de nourrir les animaux, nous lui avons proposé de l’eau dans notre gobelet… et monsieur kangourou est venu boire son gobelet à nos pieds. En même temps, entre de l’eau croupie ou salée et l’eau minéral, je comprends sa gourmandise 🙂

Un moment vraiment unique lors de ce voyage. Sûrement la plus belle rencontre avec un animal à ce jour.

australie-ouest-ningaloo-animaux
australie-ouest-ningaloo-cap-ranges-21

Informations pratiques


Tarif et horaires du parc

Le parc est ouvert toute l’année et, comme pour la majorité des parcs de l’ouest australien, le prix de l’entrée dépend du type de véhicule et du nombre de passagers.

Typiquement, pour un véhicule contenant jusqu’à 12 personnes l’entrée est de 13$ par jour par véhicule.

Cependant, si tu comptes visiter plusieurs parcs durant ton séjour dans l’ouest, il peut être avantageux d’acheter le Holiday Pass à 46$ qui permet un accès illimité à la plupart des parcs de l’ouest.

Logements
  • Campings sur la plage dans le parc: La période de notre séjour, début décembre, se situant hors de la saison touristique, nous n’avons pas eu besoin de réserver longtemps à l’avance. Un petit tour au visitor center d’Exmouth et nous avions notre camping pour le lendemain soir. Mais si tu prévois d’aller dans la région en période d’affluence il est fortement recommandé de réserver son ticket quelques semaines à l’avance sur le site du parc. Et ici pas question de tricher, dans tous les parcs où nous avons dormi, le ranger fait bien sa ronde (souvent très tard le soir ou très tôt le matin) et gare à l’amende !
  • Il existe aussi des campings et hôtels à Exmouth, à l’extérieur du parc
Meilleure période

Avec un climat semi-tropical, la meilleure saison pour visiter la région s’étend d’avril à octobre quand les températures sont les plus clémentes, que la lande est en fleurs et que les animaux sont plus facilement observables. C’est donc forcément aussi la saison la plus touristique …

En été (hiver en France), les températures peuvent facilement atteindre les 45°C en journée alors que les nuits peuvent être très fraîches. C’est aussi la saison de l’invasion des mouches …

Accès

L’entrée du parc se situe à environ 10km d’Exmouth. Nulle besoin d’avoir un 4×4 car les principales activités se situent le long de la route.

Liens utiles
australie-ouest-ningaloo-cap-ranges-40
Tags : Récits de voyageRoad-tripSites classés à l'UNESCOWestern Australia

Un commentaire

  1. Je confirme le côté vraiment sauvage et dépaysant, aride et désertique du Ningaloo Reef, et même de toute la côte nord-ouest. Vu d’un bateau c’est évidemment différent, mais nous avons aussi adoré Yardie Creek. Le récit pour ceux qui veulent : https://belle-isle.eu/2016/06/la-plus-inhospitaliere-des-cotes-2-ningaloo-reef-pilbara-et-broome/
    En revanche, pas de chance, aucune photo de ce coin dans notre livre. Il faudra attendre d’autres volumes pour découvrir ce coin-là.

Commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0Partages